AM

Caroline Boissier-Butini (1786-1836)

Notre patrimoine musical est si riche que certaines œuvres restent méconnues du grand public jusqu’à ce qu’un éditeur et une association décide de les mettre en avant.

C’est ainsi que cette initiative m’apparaît extrêmement salutaire puisqu’elle remet au goût du jour une des toutes premières femmes compositrices d’importance, Caroline Boissier-Butini, défend ainsi la cause féminine, et popularise le patrimoine musical classique de la Suisse.

Ce disque réunit ainsi des enregistrements inédits : en outre le premier enregistrement mondial du 5ème concerto, « Irlandais » et le premier enregistrement du 6ème concerto « Suisse » sur instruments anciens.

Cette musique populaire, contemporaine de celle de Beethoven, présente la singularité de n’attribuer aux sections de cordes qu’un rôle secondaire, d’accompagnement, comme c’est manifestement le cas dans ce fameux concerto n°5.

Ce sont la flûte et le basson qui tiennent les premiers rôles, avec le piano bien sûr, dans ces deux concertos, renvoyant ainsi une image champêtre, légèrement rustique, éminemment romantique, à l’image de la Suisse de l’époque, renforcée par une orchestration minimaliste, celle de l’ensemble Le Moment Baroque.

Même si la découverte de ces œuvres n’est pas un bouleversement, elles n’en restent pas moins attachantes, d’autant que le pianiste milanais Adalberto Maria Riva, fervent défenseur du répertoire italo-helvètique, délivre ici une performance de grande qualité.

La prise de son, si elle n’offre pas une définition très élevée, ni une sensation de présence très développée, a le mérite d’être vraiment naturelle.

Un répertoire à découvrir.

  • Titre: Caroline Boissier-Butini
  • Artistes: Adalberto Maria Riva (piano), Ensemble Le Moment Baroque.
  • Format: PCM 24 bit, 96 kHz 
  • Ingénieur du son : Claude Maréchaux, Gerald Hahnefeld.
  • Editeur/Label: Vde-Gallo.
  • Année: 2020
  • Genre: Classique
  • Intérêt du format HD (Exceptionnel, Réel, Discutable): Discutable.

Laisser un commentaire

quatorze − huit =


gik