AM

Créatrices

Quatre compositrices du romantisme et post romantisme au programme dans cet album paru chez Klarthe : deux françaises (Mel Bonis et Marguerite Canal), une allemande (Clara Schumann ), et une américaine (Amy Beach) dans une répertoire pour violon et piano, interprété par deux musiciennes également, Clara Danchin et Anna Jbanova.

Est-ce vraiment un manifeste du féminisme pour autant ? Si cela l’est dans une certaine mesure, et premièrement du fait d’un titre d’album pouvant sembler revendicatif, je n’ai pas eu l’impression que cela soit pour autant l’élément moteur de cet enregistrement.
C’est davantage à mon sens un hommage rendu à un travail de composition qui était clairement moins accessible aux femmes au 19eme siècle, ni durant la première partie du vingtième, et qui fait que ce répertoire reste encore injustement trop méconnu et peu joué.

Et pourtant, la sonate de Marguerite Canal m’a fait chavirer dès les premiers instants. Il paraît que Georges Enesco avait lui aussi succombé aux charmes de cette sonate.
Cette œuvre pour piano et violon en quatre mouvements est d’une grande élégance, servie par deux interprètes faisant preuve d’une aisance et d’une complicité évidentes.
Le thème revient à chaque fois davantage magnifié et teinté de couleurs différentes.

En comparaison, les Trois romances de Clara Schumann paraissent particulièrement sages, en tout cas moins pétillantes que la précédente composition de Marguerite Canal.

La sonate en fa dièse mineur de Mel Bonis est tout aussi enchanteresse que celle de Madame Canal, avec une liberté rythmique ainsi qu’une pulsation chromatique caractéristique.
La encore, le violon de Clara Danchin virevolte avec classe, sans jamais s’appesantir. Le piano relance le violon tout en imprimant ce tempo très libre et addictif.
Quelques fantaisies à l’instar de l’air traditionnel grec du troisième mouvement (lento) viennent fusionner de façon très naturelle avec le reste de cette sonate.

Le Duo Alma finit sur une touche romantique, certes un peu plus conventionnelle, avec la Romance Opus 23 d’Amy Beach.
Néanmoins, c’est une jolie façon de conclure cette série par une composition où le violon est totalement chantant, prenant des intonations et des intentions multiples, à l’instar de la musique vocale si chère à cette compositrice américaine.

La prise de son est de très belle facture, permettant d’apprécier un équilibre tonal piano / violon de grande qualité.

Un Grand Frisson pour cette musique française sortant des sentiers battus et injustement méconnue !

  • Titre: Créatrices.
  • Artiste : Duo Alma : Clara Danchin (violon), Anna Jbanova (piano).
  • Format: PCM 24 bit, 96 kHz.
  • Ingénieur du son: Judith Carpentier-Dupont.
  • Editeur/Label: Klarthe.
  • Année: 2022
  • Genre: Classique.
  • Intérêt du format HD (Exceptionnel, Réel, Discutable): réel.
Créatrices 2

Laisser un commentaire

dix-neuf + 6 =