AM

Crystal Palace – laurent Lefrançois

Le titre de cet album, Crystal Palace, évoque la toiture vitrée que Victor Hugo avait installée au sommet de sa maison de Guernesey, et qui lui permettait d’admirer le spectacle de la mer dans une perspective panoramique, presque à 360 degrés. 

Le compositeur français Laurent Lefrançois nous convie ainsi à un divertissement maritime, composé de 4 œuvres personnelles et animé par l’orchestre Victor Hugo, sous la conduction de Jean-François Verdier, avec la participation de trois prestigieux solistes : la flûtiste Magali Mosnier et les clarinettistes Paul Meyer et Pierre Génisson.

Il souffle sur ce disque un vent vivifiant, celui des grands espaces américains et de ses compositeurs du XXème siècle. 

Ainsi, dès les premiers mesures du Concerto pour clarinette et orchestre, on pense à Gershwin, et sa façon d’utiliser les instruments à vents, ses accointances avec le jazz.

Le second mouvement « Passacaille » nous offre des cordes apaisées, presque un univers contemplatif cinématographique, entre ombre et lumière où la clarinette vient virevolter gracieusement.

Suit une superbe « Cadence », particulièrement bien servie par la virtuosité sans faille de Paul Meyer. Ce chorus est à la fois mystérieux et inquiétant, à l’instar de certaines poésies écrites par Victor Hugo…

Le final aurait pu selon moi laisser plus d’espace à l’orchestre, car le soliste reste omniprésent. Question de goût et de prise de son ? Peut-être tout simplement d’orchestration.

Mais l’orchestre m’a semblé un brin timide, ce qui restreint la force qu’aurait pu prendre ce dernier mouvement, si la balance orchestre / soliste avait été plus équilibrée.

L’œuvre suivante, « Siguirya pour flûte et orchestre à corde » dérive d’une ancienne forme de la rumba. L’esthétique globale est très contemporaine et la flûte de Magali Mosnier est changeante, tantôt volubile, parfois excessivement calme.

« Le nouveau Balnéaire pour Orchestre » se veut un hommage musical à la ville du Havre, ouverture sur la mer accessible à une majorité de parisiens.

Cette pièce en un seul mouvement nous fait replonger dans un univers cinématographique, comme si Alfred Hitchcock avait choisi l’estuaire de la Seine comme lieu de tournage d’un de ses films…

Cette fois-ci, l’orchestre Victor Hugo joue pleinement. C’est une très belle composition, une de celle qui vous transporte vraiment, qui vous plonge dans une atmosphère toute particulière, via ces petites phrases musicales répétitives, à l’instar des remous dans le sillage des cargos en approche du port de marchandises. La prise de son, très qualitative, aide également à nous faire oublier notre salle d’écoute, pour une expérience totalement immersive.

Dernière œuvre de cette programmation, le « Concertino pour petite clarinette en mi bémol et orchestre à cordes », apporte une touche de modernité. La clarinette de Pierre Génisson nous envoûte, la prise de son est parfaite, et la balance soliste / orchestre ne souffre ici d’aucune critique.

Et pourtant, quelles envolées dans les aigus : sans doute la partie la plus exigeante pour le soliste !

C’est au final une mer assez agitée, on se trouve loin de la tranquillité méditerranéenne. Une mer violente, changeante et captivante à la fois.

C’est sans nul doute la sensation globale qui ressort de l’écoute de ces œuvres originales. Un joli moment musical, méditatif et vivifiant.

  • Titre: Crystal Palace.
  • Artistes : Laurent Lefrançois, Orchestre Victor Hugo, Paul Meyer, Magali Mosnier, Pierre Génisson.
  • Format: PCM 24 bit, 44,1 kHz.
  • Ingénieurs du son: Laurent Fracchia, Simon Lancelot.
  • Editeur/Label: IndéSENS !
  • Année: 2022
  • Genre: Classique.
  • Intérêt du format HD (Exceptionnel, Réel, Discutable): Discutable.

Laisser un commentaire

18 + treize =