AM

Electron libre

La violoniste coréenne Hae-Sun Kang, soliste de l’Ensemble Intercontemporain depuis 1994 (cela force le respect) est une figure discrète mais essentielle de la création contemporaine en France. Intime du regretté Pierre Boulez, instigatrice de commandes et créatrice de programmes, elle a marqué de son empreinte le répertoire contemporain pour violon et électronique.

Hae-Sun Kang interprète dans ce dernier opus paru chez Klarthe son propre rôle, celui d’ « électron libre », partie prenante de la création des trois œuvres pour violon et électronique constituant ce disque, à savoir Anthèmes 2 de Pierre Boulez, Partita II de Philippe Manoury, et Atlas II de Sasha J. Blondeau.

Beaucoup de « 2 » finalement pour cette quasi-rétrospective de son engagement aux côté des compositeurs et du festival Messiaen au pays de la Meije, sorte de catalyseur de la création musicale.

Dédicataire des trois pièces, l’interprète nous livre ici une restitution mature, claire, tranchante et lumineuse. C’est une performance d’autant plus rare qu’il s’agit du premier disque solo enregistré par Hae-Sun Kang en dépit de sa longue carrière. Je crois d’ailleurs qu’un certain nombre de créations de la violoniste n’ont même jamais été enregistrées.

Pour les non initiés, la particularité de ces œuvres est de faire dialoguer l’instrument soliste avec de l’électronique en temps réel : le programme traite le son du violon et diffuse le résultat sur des haut-parleurs, mais il n’y a pas de bande électronique préenregistrée.

Si les deux premières œuvres jouées sont presque devenues des classiques du genre aujourd’hui, particulièrement bien servies sur cette production Klarthe par une prise de son irréprochable (j’ai notamment vraiment apprécié la focalisation et la précision de l’image stéréo), la nouveauté (qui n’en est pas vraiment une) est bien la composition de Sasha J. Blondeau, seconde partie d’Atlas « Ils portent en eux un passé qui s’immisce »commande du Ministère de la Culture pour le festival Messiaen de 2019 et créé par Hae-Sun Kang.

Cette seconde pièce du cycle des Atlas est écrite comme une succession de fragments d’une carte topographique qui finissent par révéler un territoire dans sa globalité. La part du violon y est assez prépondérante, l’électronique ne venant qu’en fond sonore, ou plutôt « fond de carte », où le violon d’Hae-Sun Kang vient dessiner les contours et les reliefs d’un mystérieux paysage.

Cet enregistrement constitue une belle synthèse du rôle discret mais ô combien essentiel de la violoniste dans la création musicale contemporaine. Un disque de référence pour les amateurs du genre, ainsi qu’une belle introduction en la matière pour ceux qui ont envie de découvrir. Indéniablement une très belle production soutenue par l’IRCAM.

  • Titre: Electron libre
  • Artistes: Hae-Sun Kang (violon).
  • Format: PCM 16 bit, 44,1 kHz
  • Ingénieur du son: Luc Fourneau.
  • Editeur/Label: Klarthe.
  • Année: 2021
  • Genre: Musique Contemporaine
  • Intérêt du format HD (Exceptionnel, Réel, Discutable): format CD uniquement.

Laisser un commentaire

deux × deux =