AM

Exposition Universelle

Le flûtiste Jean-Louis Beaumadier n’en finit pas de nous surprendre. Ce nouvel opus consacré à quelques œuvres appartenant à ce que l’on peut appeler «l’âge d’or de la petite flûte» nous plonge dans l’intimité de la flûte piccolo.

Cette passion pour l’instrument en bois remonte à très loin, lorsque sa famille lui avait acheté un piccolo ancien, un “Bonneville” en ébène. Depuis plusieurs années, il popularise l’instrument notamment grâce à sa position de flûtiste piccolo solo à l’Orchestre National de France ou au travers de ses collaborations occasionnelles avec le Saito Kinen de Seiji Ozawa.

Titulaire d’un Grand Prix international du disque de l’Académie Charles Cros pour le cd « La belle époque du piccolo » en 1988, le voici à nouveau à la manœuvre avec l’ensemble instrumental « La Follia », ainsi qu’en compagnie de deux autres spécialistes de l’instrument, pour illustrer l’importance de la petite flûte vers la fin du 19eme siècle et au début du vingtième.

Ce sont ainsi des compositions aux sonorité et aux mélodies un peu surannées, mais bien évocatrices de la musique populaire de cette belle époque, sans aucun doute plus encline à la poésie qu’aujourd’hui.

Les protagonistes de l’époque s’appellent ici Eugène Damaré, Franz Doppler ou bien encore Paul-Agricole Génin.

Ces trois compositeurs offrent une large sélection de pièces écrites pour le piccolo, ou alors pour la grande flûte, par la suite transposée pour la flûte piccolo. En effet, les passerelles entre les deux instruments semblent avoir fleuri à la Belle Époque !

Ce double album nous invite donc en territoire méconnu, avec un double effet immédiat : celui de l’absence de repères, et celui de l’illustration de la grande richesse du répertoire classique, trop souvent focalisé sur les grands compositeurs historiques.

Eugène Pierre Damaré, trustant la majeure partie de la programmation de ce disque, a été flûtiste du très parisien orchestre Lamoureux et l’auteur d’une méthode pour flûte avec une annexe pour le piccolo.

C’est un style enjoué, qui correspond bien à l’époque où on jouait encore dans les kiosques à musique. Le basque a été également 

chef d’orchestre des fêtes de l’Hôtel de Ville.

Du festif, un zeste de mélancolie parfois, et beaucoup d’entrain sont les principaux attraits des compositions d’un musicien prolixe ayant à son actif quelques 430 pièces dont une soixantaine pour la flûte piccolo.

L’autre compositeur particulièrement bien représenté est Paul-Agricole Génin.

Si ses œuvres ont été initialement écrites pour la grande flûte, elles ont été transposées très rapidement pour le piccolo.

Le « morceau de bravoure » est très certainement sa « Fantaisie sur le Carnaval de Venise opus 14 pour flûte et piano » dont la transposition pour piccolo exige une virtuosité sans faille et exclut d’ailleurs généralement l’Andante, dont le rendu à la petite flûte peut paraître ingrat. Jean-Louis Beaumadier relève néanmoins le défi, de façon magistrale, et nous livre ici une vibrante interprétation.

L’objectif, s’il devait aller au delà du simple plaisir de jouer ce répertoire vintage, mais ô combien rafraîchissant, pour donner par exemple une description historiquement informée d’une atmosphère musicale et créative de ces expositions universelles de la Belle Époque, me semble complètement atteint. Une tentative audacieuse en nos jours peu enclins à ce type de rétrospective, et qui fait mouche !

  • Titre: Exposition Universelle
  • Artistes: Jean-Louis Beaumadier, Patrick Gallois, Maxence Larrieu (flûtes piccolo), Ensemble instrumental « La Follia ».
  • Format: PCM 16 bit, 44,1 kHz
  • Ingénieurs du son: Georges Kisselhoff, Pascal Perrot.
  • Editeur/Label: Calliope.
  • Année: 2021
  • Genre: Classique.
  • Intérêt du format HD (Exceptionnel, Réel, Discutable): format CD uniquement.

Laisser un commentaire

deux × 5 =