AM

Iguazú – La Chimera

Comme à son habitude, Eduardo Egüez et sa formation La Chimera nous entraînent à la croisée des chemins entre sacré et profane, mais aussi entre musique traditionnelle et musique savante.

La thématique est d’ailleurs un autre carrefour d’Amérique Latine puisqu’il s’agit d’Iguazú, dont les chûtes se situent à la frontière du Brésil, du Paraguay et de l’Argentine.

Comme il s’agit également de la rencontre de plusieurs fleuves, Iguazú et Parana, l’idée de confluence nous invite à naviguer entre différentes époques et cultures, ces méandres musicaux s’étendant du 17ème siècle jusqu’à l’époque plus récente d’Hector Villa-Lobos, à l’instar de la cinquième Bachiana Brasileira qui symbolise à elle seule ce mélange des cultures européennes et des airs populaires latino-américains.

C’est donc une croisière spatio-temporelle à laquelle nous convie Eduardo Egüez, loin des clichés de la bossa nova, au sein d’un Sud Brésil et d’un Nord Argentin plus indien, plus catholique, et peut-être plus authentique…

On appréciera les très belles voix (celles des sopranos Bárbara Kusa et Luanda Siqueira, d’essence lyrique, alternant avec celle de la chanteuse brésilienne Bïa Krieger) qui viennent magnifier ces airs populaires brésiliens et argentins, bénéficiant par ailleurs d’un accompagnement orchestral subtilement dosé, parfaitement équilibré.

Car cet album est avant tout un album de chant, malgré la distribution orchestrale de premier plan que représente La Chimera.

La composition « Antiguos duellos de las flechas » signée Ariel Ramirez et Félix Luna nous offre sans doute les chants les plus ethniques de cet album, rendant hommage à la peuplade indienne des Tobas.

Le très célèbre air de bossa nova d’Anton Carlos Jobim « Aguas de Março » en est également une excellente illustration avec cette surprenante distribution vocale (et la participation du flûtiste Luis Rigou), permettant de sortir du cliché désuet du genre pour réinventer ce classique, au même titre que « Milonga de mis amores » renouvelle aussi ce monument du folklore argentin.

C’est ainsi un très joli moment de poésie et de fusion culturelle que nous offre Eduardo Egüez, permettant d’entrevoir pendant ces 58 minutes la richesse et la complexité de la musique des environs d’Iguazú. Chaudement recommandé !

  • Titre: Iguazú – La Chimera
  • Artistes : La Chimera, Eduardo Egüez (guitare, théorbe et direction), Barbara Kusa (chant), Bïa Krieger (chant), Luanda Siqueira (chant), Luis Rigou (flûte et chant), Raul Barboza (accordéon).
  • Format: PCM 24 bit, 44,1 kHz.
  • Ingénieur du son: Laurent Compignie.
  • Editeur/Label: La Música.
  • Année: 2022
  • Genre: Musique du monde.
  • Intérêt du format HD (Exceptionnel, Réel, Discutable): Discutable.

Laisser un commentaire

1 × 5 =