Maurice Ravel : La Valse, Mussorgsky / Ravel : Les Tableaux d'une exposition 2

Maurice Ravel : La Valse, Mussorgsky / Ravel : Les Tableaux d’une exposition

C’est la partition de Ravel qu’a choisi François-Xavier Roth pour ce dernier album des Siècles dédié au compositeur français sur instruments d’époque. Je n’ai pas résisté à la facilité du jeu de mot en ajoutant que « La Valse » vient audacieusement compléter le tableau.

C’est une interprétation des Tableaux d’un exposition particulièrement lisible et privilégiant la clarté par rapport à l’ambiance sombre de l’oeuvre de Mussorgsky. Tout semble sous contrôle, d’une précision diabolique. C’est d’ailleurs le trait d’union entre les Tableaux et la Valse, cette intention ravélienne de progression et d’enchainement des différents tableaux, dans une logique plus expressionniste que romantique.

Pour ce qui est de la qualité d’enregistrement, c’est tout simplement somptueux, et cela démontre à quel point le travail d’orchestration et la prise de son priment sur les performances de la chaîne stéréo.

Cette version ne viendra sans doute pas détrôner les interprétations des Tableaux regroupant un plus large effectif. En effet, la superposition des différents plans sonores, élément essentiel à mon avis des tableaux, est moins évidente avec un ensemble de musiciens plus restreint, jouant de surcroît sur instruments d’époque. La nature sombre et inquiétante des contrebasses est également moins bien dépeinte. François-Xavier Roth ne peut délibérément pas insuffler cette atmosphère inquiétante et fantastique comme celle que je me plais à réécouter assez souvent, et qui privilégie pourtant aussi la clarté, l’enregistrement de George Szell avec l’orchestre de Cleveland remasterisé chez Sony. Et que dire de la version de Fritz Reiner bien davantage dans la tension… La petite formation permet en revanche de mieux porter son attention sur l’instrument qui représente à chaque changement de tableau la clé de lecture de la version de Ravel.

Et il convient tout aussi bien de reconnaître à cette interprétation limite chambriste son originalité ainsi qu’une sorte de pulsation ravélienne, dont la finesse, je l’avoue, convient mieux à La Valse. Car c’est bien cette Valse qui fait sortir ce disque du lot, avec un tempo rapide, des intonations viennoises et une ambiance crépusculaire des plus intimistes. Cette Valse est un petit bijou, sans doute mieux adapté à la formation de François-Xavier Roth. Cela n’en est pas moins une œuvre complexe à aborder puisque Ravel n’a pas donné beaucoup d’indications à part l’épanchement viennois qu’il convient de respecter. Ces contrastes entre sensualité, nostalgie et côté crépusculaire sont en tout cas bien plus évidents à faire naitre en concert qu’au disque. Pour cela, cet album mérite amplement qu’on s’y intéresse et sort clairement des sentiers battus et rebattus. Beaucoup de fraîcheur dans tout ça, avec en prime une superbe prise de son : que du bonheur au final !

  • Titre: Maurice Ravel : La Valse, Mussorgsky / Ravel : Les Tableaux d’une exposition.
  • Artistes: François-Xavier Roth (conduction), Les Siècles.
  • Format: PCM 24 bit, 44,1 kHz
  • Ingénieur du son : Alix Ewald.
  • Editeur/Label: Harmonia Mundi.
  • Année: 2020
  • Genre: Classique.
  • Intérêt du format HD : discutable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × cinq =

Retour haut de page