AM

Esoteric K-05 XD

Le lecteur K-05 d’Esoteric migre enfin vers la version « XD ». A cette occasion, il embarque maintenant la prestigieuse mécanique VRDS Atlas (« Vibration-Free Rigid Disc-Clamping System ») dans une toute nouvelle version « Atlas-05 », le convertisseur numérique / analogique en composants discrets Master Sound, ainsi qu’un tout nouveau circuit d’horloge réalisé à partir de composants discrets également.

La nouvelle mécanique est inspirée de celle utilisée par la série Grandioso, la fameuse « VRDS Référence », redimensionnée et adaptée pour le K-05XD. Cette nouvelle VRDS Atlas-05 est faite à partir d’éléments en aluminium et en polycarbonate. Le polycarbonate étant la même matière utilisée pour la fabrication des Compacts Discs, il permettrait une lecture plus efficace. Je pense que si cela joue, cela doit vraiment être marginal, mais comme d’habitude chez Esoteric, le diable se cache dans les détails…

Toujours est-il que la structure mixte aluminium / polycarbonate permettrait d’après le fabricant de mieux évacuer les vibrations mécaniques. Autre évolution : la section du pont supportant la platine est plus grande et plus large que celle du VRDS-NEO, et est constituée d’un bloc d’aluminium usiné de 10 mm d’épaisseur offrant une meilleure rigidité et une plus grande masse. La masse joue un rôle crucial dans la recherche d’une plus grande inertie et meilleure insensibilité aux vibrations. Et pour le coup, le K-05 XD pèse 21 kg contre seulement 14 kg pour le précédent K-05 XS. On n’est donc plus du tout sur la même qualité de châssis, et Esoteric se rapproche ainsi des séries K-03 et K-01. Il s’agit ici d’un grand châssis à double couche, en lieu et place du châssis mono-couche plus mince du précédent modèle, tout en conservant la même profondeur.

Le mécanisme de  transport VRDS-ATLAS est placé au centre et fixé de manière rigide à un châssis inférieur en acier de 5 mm d’épaisseur via une plaque de base en acier de 2 mm d’épaisseur, tandis que l’ensemble du châssis est ensuite soutenu en trois points par un pied à pointe unique. Comme les modèles de classe supérieure, le châssis inférieur a été découpé au laser avec des fentes pour disperser et supprimer efficacement les vibrations du mécanisme de rotation.

À l’intérieur du châssis à double couche, les cartes des circuits audio sont principalement placées sur la partie supérieure, et les circuits d’alimentation et les transformateurs sur la couche inférieure, ce pour éviter les fuites de flux magnétique et les vibrations, et aussi pour minimiser le câblage d’alimentation et favoriser les liaisons courtes. Au chapitre des évolutions électroniques, on note la présence du Système de conversion propriétaire Master Sound Discrète avec modulateur 64bit/512Fs ΔΣ développé en interne.

Le DAC « Master Sound Discrete » a été installé pour la première fois dans les convertisseurs et lecteurs Grandioso. A l’intérieur du K-05XD, il propose un schéma simplifié de la version Grandioso K1X. Le convertisseur se compose de 16 DAC par canal, et chaque DAC dispose des ses propres pilotes d’horloge, de ses propres circuits logiques, de ses condensateurs et résistances, le tout réalisé en composants discrets.

Le lecteur K-05XD utilise un modulateur Delta-Sigma propriétaire prenant en charge une résolution maximale 64bit / 512Fs, lui permettant de bénéficier des derniers formats HD disponibles, y compris le DSD 22,5 MHz. Les algorithmes de traitement numérique FPGA gérant les flux DSD et PCM sont par ailleurs spécifiques au Master Sound Discrete DAC.

Le K-05 XD profite lui aussi du fameux buffer de sortie Esoteric-HCLD (High Current Line Driver) qui offre une vitesse de balayage étonnamment élevée de 2 000 V/μs, ce qui permet d’obtenir une plage dynamique très importante. S’ajoute à ce dispositif propriétaire la liaison en courant ES-Link Analog que j’avais pu tester entre mon N-05 XD et le bloc de puissance S-05. En tirant parti de la puissante capacité d’alimentation en courant du circuit tampon HCLD, le signal est moins affecté par l’impédance du chemin du signal et peut être transmis avec une forte amplitude, maximisant le potentiel de l’équipement compatible. Comparé à la transmission en tension conventionnelle, il transmet environ 100 fois plus de courant, ce qui le rend moins sensible au bruit et envoie toute l’énergie de la musique à l’amplificateur. De plus, il n’est pas affecté par l’impédance des interconnexions entre le dispositif source et l’amplificateur : il maintient donc une parfaite intégrité entre le signal de sortie de la source et le signal d’entrée vers l’amplificateur. Il convient de préciser que la sortie ES-Link Analog et celle XLR en tension se font sur la même prise à l’arrière de l’appareil (et contrairement au lecteur réseau N-05XD sur lequel les deux sorties sont ségréguées). La sélection du mode de transmission (tension / courant) se fait alors uniquement via le menu du lecteur SACD, La gestion de l’alimentation a par ailleurs été complètement revue depuis le précédent lecteur de la gamme 5.

Deux transformateurs toroïdaux de grande capacité sont installés pour alimenter indépendamment  la  partie numérique et la partie analogique. En renfort, intervient un troisième transformateur de puissance EI Core séparé dédié à la section de contrôle. L’intégralité de la régulation de l’alimentation du K-05XD est réalisée en configuration discrète, ou plus précisément, elle n’utilise pas de circuits intégrés dans les parties clés mais un régulateur en courant continu à faible contre réaction. De plus, le K-05XD est équipé d’un total de 16 super-condensateurs (pour une capacité totale de 250 000 μF ou 0,25 F). En augmentant la capacité de l’alimentation, la résolution des basses fréquences aurait été ainsi grandement améliorée.

Contrairement à mon K-03, le K-05XD peut vraiment s’envisager à la fois comme un lecteur intégré et un DAC indépendant, ce en regard de ses nombreuses entrées numériques disponibles. L’entrée USB asynchrone accepte ainsi les flux DSD jusqu’à une fréquence maximale de 22,5 MHz.

Outre l’USB, le K-05XD dispose également d’entrées numérique Toslink et SPDIF cinch. Les entrées coaxiale et optique autorisent une résolution maximale de 24 bit / 192 kHz en PCM et de 2,8 MHz en DSD (DOP). Signalons quand même que le K-05XD gère aussi les fichiers MQA, bien que la pérennité de ce format soit quand même remise en cause aujourd’hui. Le K/05XD dispose également de deux sorties numériques, une SPDIF RCA et une AES-EBU XLR, qui s’avèrent utiles uniquement dans le cadre de la lecture de CD, le flux numérique redirigé vers le DAC externe étant prévu exclusivement pour opérer le standard red book 16 bit / 44,1 kHz.

Le circuit d’horloge du K-05XD à été revu en profondeur, en s’inspirant du module en composants discrets de l’horloge Grandioso G1 X. C’est ainsi une première chez Esoteric d’embarquer dans un lecteur CD ce nouveau circuit « Master Sound Discrete Clock for Digital Player ». L’horloge du K-05 XD n’est ainsi ni thermo-compensée (TCXO) ni contrôlée par un four (OCXO). Ce nouveau circuit d’horloge est une combinaison d’un grand cristal méticuleusement sélectionné, d’un circuit oscillateur discret et d’un circuit intégré logique délivrant un signal carré. Esoteric ne communique pas sur les performances de son horloge et déclare au contraire : « Nous nous concentrons sur le développement de la technologie d’horloge depuis plus de 20 ans afin d’améliorer la qualité sonore des sources numériques, mais notre ingénieur a conclu qu’une excellente valeur mesurée des composants d’horloge ne se traduit pas nécessairement par un bon son. Parfois, les données sont trompeuses et donnent aux auditeurs une idée préconçue d’une image sonore spécifique avant même d’écouter le son ». C’est une déclaration plutôt alignée par rapport à mon expérience récente (ou plus lointaine) de ce type d’appareils, même s’il y a quand même une certaine corrélation entre l’amélioration du bruit de phase et de la déviation d’Allan  sur un même schéma de circuit d’horloge.

Mais j’ai constaté que la performance globale du circuit ne dépendait pas non plus à chaque fois des spécifications intrinsèques de l’oscillateur, loin de là, et que les autres caractéristiques du circuit pouvaient engendrer une différence bien plus significative à l’écoute. Esoteric déclare également : « La performance mesurée est importante, mais l’impression d’écoute est plus importante. Ainsi, notre processus de développement est un voyage sans fin de remplacement de pièces et de mise en œuvre de tests d’écoute complets. L’avantage conceptuel du circuit discret est que notre ingénieur peut librement mélanger et assortir les pièces de son choix jusqu’à ce qu’il obtienne la qualité sonore souhaitée. L’avantage technique de notre nouveau circuit d’horloge discrète est que nous pouvons utiliser un grand oscillateur à cristal doté d’une sortie très stable et puissante. Permettez-moi d’expliquer brièvement le mécanisme d’oscillation de l’horloge. Lorsque vous appliquez une tension spécifique au cristal, il commence à vibrer à un intervalle de fréquence très constant de 10 MHz, et cette vibration est traduite en signal d’horloge. Puisqu’il s’agit d’une vibration physique, les propriétés physiques des matériaux ont un impact important sur les caractéristiques du signal résultant. Si vous choisissez un gros cristal, l’oscillation (= vibration) devient très stable et une inertie d’oscillation plus grande se traduit par une sortie puissante ».

Le K-05XD peut fonctionner également avec un générateur d’horloge maître externe pour améliorer la qualité sonore en synchronisant les circuits internes à une horloge de 10 MHz encore plus précise. Comme il est de tradition sur les lecteurs Esoteric, le K-05XD dispose de plusieurs filtres numériques pour adapter la réponse du lecteur à votre acoustique ou à vos goûts personnels. Pour la lecture des fichiers PCM, il est ainsi proposé deux filtres débrayables : un FIR et un RDOT. Le premier (filtre à réponse impulsionnelle finie) a une retombée lente sans pré-écho. Le second met en œuvre une technique propriétaire d’interpolation analogique privilégiant la fluidité du signal sonore. Ce ne sont pas les mêmes filtres utilisés sur le K-03, mais la philosophie reste quasi-identique : on opte  soit  pour  une   meilleure  précision dynamique, soit pour une meilleure fluidité.

Trois filtres numériques sont également disponibles et spécifiquement conçus pour les SACD. Pour finir, précisons que le K-05XD dispose d’un réglage de gain fixe pour les flux PCM permettant d’atténuer le niveau du signal pour le rapprocher de celui des flux DSD. Contrairement à mon K-03, il n’existe pas de fonction de volume variable et le K-05XD ne saurait donc être relié directement à un amplificateur de puissance sans passer par un contrôleur de volume intermédiaire. Cela limite pour l’instant les possibilités d’association au seul préamplificateur de la ligne Grandioso, le C1X si on souhaite absolument exploiter la liaison en courant propriétaire  ES-Link Analog, ce qui est, convenons-en, un peu restrictif. Il faudra donc attendre la sortie d’un futur préamplificateur C-05 pour bénéficier de la liaison en courant sur le K-05XD…

Le fabricant communique quelques mesures prises dans les conditions de fonctionnement optimales, c’est-à-dire en DSD, sur filtre numérique F2 et sorties analogiques symétriques : La bande passante s’étend de 5 Hz à 70 kHz (-3 dB). Le rapport signal sur bruit est de 110 dB (pondération A). La THD à 1 kHz est donnée pour 0,0007%.

Impressions d’écoute :

La base de comparaison naturelle qui s’est offerte à moi a été mon lecteur Esoteric K-03. Je n’ai pas souhaité opposer mon lecteur Esoteric N-05 XD au K-05 XD pour la bonne et simple raison que les sections DAC sont quasi-identiques et que les différences perçues consisteraient majoritairement à débattre des qualités de lecture d’une mécanique haut de gamme et de celles d’un dispositif de lecture dématérialisée intégrant une chaîne plus complexe de maillons, et donc forcément moins universel.

Pourtant, le K-05 XD mériterait qu’on s’y attarde au moins un peu car il remet sincèrement en perspective le niveau de performance de la lecture mécanique à la volée. Et j’ai eu l’impression que ses qualités sonores n’étaient pas inférieures à mon système dématérialisé, voire même légèrement supérieures, notamment sur la lecture des SACD. Si les différences physiques entres les deux lecteurs semblent minimes, le K-05 XD met en avant la qualité de son DAC en composants discrets de dernière génération. Le son du K-05 XD est ainsi plus doux que celui des puces du K-03, apportant également davantage de clarté et de définition. Les filtres numériques des deux appareils sont différents et cela n’aide pas à une comparaison strictement homogène. Mais les timbres du K-05 XD restent à mon avis plus précis que ceux du K-03.

Les sections à cordes sonnent de façon plus riche et paraissent moins acides. Le piano est aussi plus subtil. Les harpèges jouées par Maurizio Pollini dans le 3eme Concerto pour piano et orchestre de Beethoven (remastering Esoteric en version SACD) sont absolument magnifiques. L’articulation du piano est dans l’ensemble plus fine, moins brutale qu’avec le K-03. La scène tridimensionnelle s’installe de façon très naturelle et témoigne d’une belle profondeur de champ.

En écoutant l’album « Interactions » paru chez 2L, le jeu du duo Bard Monsen / Gunnar Flagstad semble prendre une autre dimension avec le K-05XD : la scène sonore s’ouvre sensiblement et les plus petites intentions du pianiste ou du violoniste sont parfaitement retranscrites. J’ai perçu également davantage de nuances tonales dans le jeu de la main gauche de Gunnar Flagstad. Les attaques de note sont également légèrement plus précises.

Le CD de Chick Corea « Corea.concerto » introduit une version orchestrale de « Spain » et donne une dimension radicalement nouvelle à ce standard du jazz fusion. La filiation avec l’œuvre de Rodrigo est d’une totale évidence et présente à chaque instant. Mon K-03 offre une tonalité légèrement plus sombre que celle du K-05XD, mais ce qui ressort est cette capacité supérieure du K-05XD à nuancer la zone du bas médium et du haut grave.  Il y a bien une différence en matière de clarté, à l’avantage du dernier né des lecteurs Esoteric. On perçoit ainsi davantage les résonances de la table d’harmonie du piano, mais aussi plus nettement l’articulation des cordes pincées de la contrebasse. La perception de l’ambiance du lieu de la prise de son et de la réverbération naturelle est plus évidente également avec le K-05XD.

Si on compare le mode « horloge interne » et celui « externe » relié au master clock Cybershaft OP21A-D, l’apport de l’horloge externe reste évident avec le lecteur K-05XD, autant qu’il était manifeste avec mon K-03. Mais les gains ne se positionnent toutefois pas au même niveau. Le K-05XD va surtout bénéficier d’une image stéréo plus focalisée, plus profonde, et de davantage de petits détails plus facilement perceptibles. Le K-03 gagne davantage en matière de qualité de timbres (certes inférieure à celle du K-05XD), et de douceur. Les apports en termes d’image sonore et de résolution sont également indéniables mais ne s’expriment pas forcément de la même façon qu’avec le K-05XD. Mon constat auditif personnel m’amène à penser que le K-05XD n’a pas forcément besoin de l’apport d’une horloge externe pour toiser le K-03 en matière de transparence et de définition. Mais cette Cybershaft OP21A-D permet toutefois de faire passer un cap en termes de résolution au K-05XD, niveau inaccessible au K-03 que ce soit avec ou sans master clock.

Sur l’enregistrement du Mandarin Merveilleux de Bartók, interprété par Mariss Jansons à la tête de la phalange des Bayerischen Rundfunks, l’horloge Cybershaft amène quand même beaucoup de clarté avec des tonalités de cordes et d’instruments à vents nettement moins sombres. La scène sonore est aussi plus large et plus haute, alors qu’en comparaison, elle paraît plus ramassée en utilisant l’horloge interne du K-05XD.

Passons maintenant aux fonctionnalités de convertisseur de l’appareil, et plus particulièrement à l’évaluation de l’entrée numérique USB du K-05XD. Pour simplifier les débats, ou du moins pour restreindre le nombre de facteurs pouvant impacter la qualité sonore et fausser l’analyse, j’ai délibérément opté pour le drive du Lumin X1 (ce qui coupe court à l’ingérable diversité de logiciels de lecture sur PC, ainsi que de types d’ordinateurs plus ou moins adapté à un usage de transport audio numérique). Les câbles USB utilisés ont été successivement un Esprit Lumina G8 et un Vertere Pulse HB, autrement dit, deux excellents cordons USB. La dématérialisation amène quelques bienfaits en matière d’image stéréo. L’espace en profondeur semble moins une juxtaposition de plans sonores et donne l’impression d’une certaine continuité spatiale, et ainsi d’une plus grande cohérence.

Le revers de la médaille est une perte de qualité de timbres, potentiellement causée par la coloration apportée par le câble USB et par le système d’horloge interne du Lumin X1, plus conventionnel que celui du K-05XD ou de la Cybershaft OP21A-D.

En revanche, l’utilisation du transport Lumin permet de se passer de préamplificateur grâce au Leedh Processing embarqué sur l’ensemble de la gamme du fabricant hongkongais. Je n’ai pas testé cette configuration et j’ai conservé le préamplificateur analogique dans la boucle afin de ne pas introduire trop de biais pouvant fausser mon analyse. Mais je trouve dommage qu’Esoteric n’ait pas sollicité Leedh pour intégrer cette solution de contrôle de volume numérique sur son lecteur. Peut-être une prochaine évolution ?

Pour en revenir à l’entrée USB du K-05XD, elle m’a paru une solution très pertinente pour qui veut profiter de sa collection de CD et SACD, tout en utilisant également la dématérialisation, ne serait ce que pour profiter des services de streaming en ligne ou des radios internet. Il suffit dans ce cas d’ajouter un petit transport Lumin de la série U pour compléter à moindre coût un dispositif de lecture physique et dématérialisé d’excellente qualité. Cela permet aussi de contourner la question du préamplificateur, et de bénéficier de la connexion directe en tension pour la partie dématérialisation en lui associant le bloc de puissance S-05 par exemple. Hélas, la fonction de lecteur CD devra néanmoins passer inévitablement via un contrôleur de volume externe, d’où l’intérêt que représenterait l’implantation du Leedh Processing dans le K-05XD !

Sur la 8eme symphonie de Dvorak, enregistrement DSD du Budapest Festival Orchestra conduit par Ivan Fischer, la dynamique reste excellente et la stabilité de l’image stéréo assez exceptionnelle avec le cordon USB Vertere Pulse HB. Le câble USB Esprit Lumina G8 tend à réduire très légèrement la largeur de l’image stéréo et accroître la distance vis-à-vis de l’auditeur. L’impact du câble USB n’est donc pas neutre et  conditionne  en partie  le niveau qualitatif de l’utilisation du DAC du K-05XD avec un transport numérique externe. C’est en tout cas un facteur à prendre en considération pour tirer le meilleur parti d’un système dématérialisé avec le lecteur Esoteric.

A l’écoute du premier concerto pour violon de Bartok enregistré par Vilde Frang et l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le couple Lumin X1 / Esoteric K-05XD, reliés par le gros câble USB Vertere Pulse HB, délivre un résultat particulièrement réaliste. On est au concert, avec le niveau de réverbération et de matité approprié. L’image sonore s’étend bien au delà des enceintes avec des plans biens différenciés et une excellente gestion des transitoires. C’est vraiment le genre de restitution qui me comble : beaucoup de détails d’ambiance et de réalisme tout en conservant une vision globale très homogène de l’orchestre.

En basculant sur le lecteur réseau N-05XD, en sortie fixe afin de rester sur le même contrôleur de volume (mon préamplificateur CST Statement Line Stage), je me suis rendu compte que l’écart était somme toute assez restreint. Pas de quoi justifier en effet d’investir dans un lecteur réseau avec DAC intégré, aussi bon soit le N-05XD, dès lors que le convertisseur du K-05XD offre un résultat quasi-équivalent. Le N-05XD donne la sensation d’une très légère supériorité en matière de détails d’ambiance et pour faire ressortir certains pupitres éloignés du devant de la scène. Mais globalement, l’émotion ressentie à l’écoute reste la même, ce qui à mon sens corrobore ce que j’avançais plus haut, à savoir que l’ajout d’un drive Lumin avec Leedh Processing embarqué permet de se constituer un système dématérialisé d’excellente facture.

Conclusion :

A l’instar des autres éléments peuplant la gamme « 05 » du constructeur nippon, le K-05XD représente une proposition particulièrement recommandable. Esoteric a vraiment mis en œuvre de gros moyens pour proposer l’essence de son très haut de gamme « Grandioso » dans une série d’appareils qui restent accessibles au public de passionnés, certes aisés, mais pas nécessairement fortunés. Le K-05XD représente l’excellence de l’industrie audio japonaise et mérite qu’on s’y intéresse pour la lecture de compact disc, mais aussi comme convertisseur d’un système de musique dématérialisée. Une réussite !

JC

Pour voir l’article et l’ensemble des photos, merci de consulter la section « Magazine » et télécharger le dernier numéro.

Esoteric K-05 XD 2

Prix TTC : 13.900 €

NB : la distribution d’Esoteric a été reprise par la société Europe Audio Diffusion.

Laisser un commentaire

5 × 5 =